top of page

Envie de recevoir chaque dimanche matin  dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver ?

Abonnez-vous à ma newsletter !

MES GUIDES PDF GRATUITS A TELECHARGER

Rechercher

GRUE CENDREE : 15 CONSEILS POUR L’OBSERVER FACILEMENT ET MIEUX LA PHOTOGRAPHIER !




La grue cendrée fait partie de mes oiseaux préférés. Elle est porteuse d’une symbolique forte en marquant le changement des saisons par ses vols bruyants en formation en V.


Que ce soit en vol ou au sol, elle est toujours d’une élégance rare. Chaque geste est mesuré, précis. Les danses des couples sont magiques !

Pourtant, bien qu’il ne soit pas trop difficile de l’observer, parvenir à capturer des attitudes esthétiques n’est pas chose facile.


Je vous propose dans cet article 15 conseils pour parvenir à l’observer et la photographier dans les meilleures conditions pour réussir des images originales. Suivez-moi ! 😉



 

Vous êtes débutant(e) et avez envie de vivre 7 jours intenses de conseils en photo nature ?

Vous êtes au bon endroit !

Chaque jour pendant 7 jours recevez 1 mail

contenant 1 conseil précieux sur la photo nature


Alors, ça vous tente ? cliquez ci-dessous :

 




CONNAISSANCES NATURALISTES.


Conseil # 1 – Identifiez la facilement parmi la famille des grues.

La grue cendrée est facilement reconnaissable avec sa grande taille (1m10 à 1m30 de hauteur pour 1m90 à 2m30 d’envergure). Comme le héron cendré, elle a les plumes grises. On distingue une bande de plumes blanches sur le cou, entourée de plumes noires. Elle a une zone de peau rouge sur le dessus de la tête.

Les juvéniles ont les plumes de la tête de couleur brun clair.



Conseil # 2 – Connaissez son couloir de migration.

Les grues cendrées se reproduisent au printemps en Europe du nord et migrent vers le sud à l’approche de l’hiver.

Elles peuvent parcourir de grandes distances pour effectuer leur migration (jusqu’à 2500km). Initialement, elles allaient en masse en Espagne et jusqu’en Afrique du nord, mais depuis quelques dizaines d’années, de plus en plus de grues cendrées hivernent en France.

Les principaux sites d’observation hivernale sont le lac du Der (Marne et Haute-Marne), la réserve nationale du Val de Loire (Cher et Nièvre), la réserve nationale d’Arjuzanx (Landes), le lac de Puydarrieux (Hautes-Pyrénées) et la Camargue.

Les photos de cet article ont été faites sur la réserve nationale d’Arjuzanx (excellent site).



OBSERVATION.




Conseil # 3 – Postez-vous soit à son dortoir, soit à sa zone de nourrissage.

Ce sont les deux endroits stratégiques où vous devez être pour voir à coup sûr des grues cendrées :

  1. Le dortoir. Elles aiment les vastes plans d’eau peu profonde où elles peuvent se rassembler en masse à l’abri des prédateurs.

  2. La zone de nourrissage. Bien souvent, ce sont les champs de maïs (ou autres cultures) où elles trouvent facilement leur nourriture, tout en ayant une vue dégagée en cas d’apparition d’un danger.



Conseil # 4 – Avant de la voir, repérez la à son cri.

C’est souvent au bruit que l’on repère en premier la présence des grues cendrées. En effet, elles sont souvent en groupes plus ou moins importants et communiquent par des cris. Celui-ci est très puissant et s’entend à plusieurs kilomètres. C’est une sorte de « krouuu » strident et répété.

Lorsque les grues cendrées se rassemblent en plusieurs dizaines de milliers sur un plan d’eau, le bruit de leurs cris est assourdissant ! 😮



Conseil # 5 – Observez la à la meilleure période.

Comme les autres oiseaux migrateurs, il y a une période assez précise pour observer la grue cendrée.

On commence en général à apercevoir des vols vers la fin octobre, mais c’est courant novembre qu’elles se rassemblent en nombre conséquent pour hiverner. Cette période dure souvent jusque vers la fin du mois de février, avec des départs échelonnés jusque début mars.





Conseil # 6 – Choisissez la meilleure heure pour l’observer.

L’heure d’observation dépendra de votre choix de site d’observation :

  • Le dortoir. Vous devrez vous y rendre très tôt avant le lever du jour, discrètement pour ne pas les déranger. Vous pourrez ainsi assister à leur réveil, la séquence de toilette des plumes et le départ vers la zone de nourrissage. Vous aurez ensuite droit à une seconde chance en fin de journée, où vous pourrez assister à leurs vols de retour et leur rassemblement pour passer la nuit au dortoir.

  • La zone de nourrissage. Vous l’aurez compris, c’est l’endroit où les grues cendrées se trouvent en journée. Les conditions de luminosité sont plus favorables, mais l’environnement est moins esthétique.



Conseil # 7 – Equipez-vous pour être discret(e).

Ce n’est pas parce qu’elle est un oiseau de grande taille que la grue cendrée n’est pas craintive. Elle a besoin d’une certaine distance de sécurité, qui est variable en fonction de votre capacité à rester discret(e). Idéalement, cachez vous dans une tente d’affût. A défaut, utilisez un filet de camouflage, une paire de gants et une cagoule camouflée.



Conseil # 8 – Faites-vous accepter.

Si vous n’êtes pas dans un affût, l’oiseau risque de vous repérer. Mais, si vous arrivez à la rassurer en restant immobile suffisamment longtemps, la grue finira par recommencer à vaquer à ses occupations (tout en sachant que vous êtes là). Restez sous un filet camouflé, ne faites jamais de geste brusque et évitez de bouger votre objectif car la lentille risque de créer des reflets qui trahiront votre présence et inquièteront la faune environnante.



Conseil # 9 – Notez son comportement.

La grue cendrée est un oiseau facile à photographier en vol, et sa grande taille facilite également la prise de vue au sol. Pour autant, il n’est pas évident de parvenir à faire en une seule sortie les photos que vous avez en tête. Heureusement, comme la plupart des animaux (et nous également) elle a ses petites habitudes, ce qui fait qu’elle a de grandes chances de revenir au même endroit que là où vous l’avez déjà observée.

Notez donc sur un carnet les lieux d’observation, les comportements typiques… 👍






PHOTOGRAPHIE.


Conseil # 10 – Choisissez le matériel photo adapté.

Il s’agit d’un oiseau de grande taille, mais qui sera à une distance suffisamment importante de vous pour rendre l’utilisation obligatoire :

  • D’une paire de jumelles pour mieux l’observer (modèle 8x42 ou 10x42 compact).

  • D’un téléobjectif de 300mm au minimum, 500 mm étant l’idéal. Si vous l’associez à un boîtier APSC, vous arriverez facilement à atteindre ces longueurs focales.

  • D’un boîtier réactif doté d’un autofocus performant et qui gère bien la montée en ISO (photos au dortoir).

  • D’un monopode ou trépied pour rester longtemps immobile sans fatiguer.





Conseil # 11 – Ouvrez l’œil et variez les cadrages.

Une des principales difficultés lorsque l’on photographie les grues cendrées, c’est d’arriver à adapter sa composition à la multitude d’animaux présents.

Imaginez : plusieurs dizaines de milliers de grues face à vous, qui crient et bougent dans tous les sens ! Comment s’y prendre pour réussir des compositions harmonieuses et variées ? 😱


💡 Mon conseil : ouvrez l’œil en parcourant régulièrement du regard l’ensemble de la masse des oiseaux pour détecter les comportements intéressants. Ensuite, variez les cadrages :

  • Si vous avez un télézoom, jouez de la bague de focale pour passer de plans serrés sur un individu à des plans larges, montrant les grues dans leur environnement.

  • Si vous avez un téléobjectif à focale fixe, changez d’objectif ou prévoyez un second boitier avec une focale plus courte pour des plans d’ensemble.





Conseil # 12 – Jouez avec sa silhouette.

Au lever du jour ou au coucher du soleil, sa silhouette élégante ressort magnifiquement à contre-jour. N’hésitez pas à tester ce type de photo très artistique. Le modèle le mérite bien.





Conseil # 13 – Utilisez l’eau comme un élément fort de la composition.

Les grues cendrées aiment se reposer sur les plans d’eau peu profonde. Utilisez cette situation pour construire votre composition autour de l’eau. Servez-vous des reflets, etc…





Conseil # 14 – Renforcez la dimension artistique en passant au noir et blanc.

La grue cendrée se prête évidemment bien à la photo en noir et blanc. Avec l’élégance naturelle de cet oiseau, on obtient un rendu très artistique. 🤩





Conseil # 15 – Créez une ambiance avec les photos dans la brume matinale.

Les plans d’eau en hiver se couvrent souvent de brume au petit matin. Pas idéal pour des photos super nettes 🤔, mais top pour créer une ambiance douce et mystérieuse. Profitez-en pour opter pour des plans plus larges intégrant les oiseaux au milieu de la brume. Effet garanti ! 👍





CONCLUSION.


La grue cendrée est un oiseau emblématique de la migration. Elle est extrêmement photogénique par sa grâce naturelle et la variété de ses comportements.


Pour autant, la photographier n’est pas si facile. En suivant ces quelques conseils, je suis certain que vous ramènerez de belles images. Alors, n’hésitez plus ! La fin de l’automne est le bon moment pour se lancer, alors allez-y (tout en respectant distance et discrétion pour ne pas effrayer l’animal).



A bientôt.

Bonnes photos. Prenez soin de vous. 🙏



Laurent DUPERIER

Photographe et formateur photo nature




Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à liker, commenter et partager ! Rendez-vous au bas de cette page, merci d’avance !


 

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) et souhaitez recevoir chaque dimanche matin dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver, cliquez ci-dessous :

 



432 vues0 commentaire

Comments


bottom of page