top of page

Envie de recevoir chaque dimanche matin  dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver ?

Abonnez-vous à ma newsletter !

MES GUIDES PDF GRATUITS A TELECHARGER

Rechercher

TECHNIQUE PHOTO HDR – 15 ETAPES POUR SAVOIR POURQUOI, QUAND ET COMMENT L’UTILISER !




Vous êtes allé(e) faire une sortie photo de paysage et vous vous êtes émerveillé(e) devant la beauté de la nature. Partout autour de vous, des sujets magnifiques à photographier. De retour à la maison, des étoiles encore plein les yeux, 🤩 vous avez téléchargé vos photos sur l’ordinateur. Et là, cruelle déception : les scènes qui vous ont fait chavirer ne sont plus tout à fait les mêmes en photo. 😞

Pourquoi une telle différence entre ce que l’œil humain voit et ce que le capteur numérique restitue ? Que peut-on faire pour améliorer ses photos ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article…



 

Téléchargez mon guide PDF gratuit "10 conseils essentiels pour les débutants en photo de nature"

cliquez sur le lien ci-dessous :

 




POURQUOI UTILISER LE HDR ?

Il est possible de surpasser les capacités standard de votre capteur numérique pour essayer de se rapprocher de celles de l’œil. La technique utilisée est le HDR (High Dynamic Range). Il s’agit de photos à large plage dynamique.

Voyons ça plus précisément…


# 1 - Le besoin d’une plus grande plage dynamique.

La plage dynamique représente la zone qui s’étend entre les plus basses et les plus hautes lumières qu’un capteur numérique peut enregistrer. Il y a encore quelques années, cette plage se situait entre 9 et 11 IL (Indice de Lumination). Les meilleurs appareils modernes atteignent aujourd’hui 15 IL. C’est impressionnant et pourtant, c’est encore insuffisant pour espérer restituer l’intégralité d’une scène comportant de grands écarts de luminosité. L’œil humain y arrive très bien, d’où cette frustration en découvrant ses photos sur l’écran de l’ordinateur.


# 2 – Le HDR permet de capturer l'intégralité de la plage dynamique.

Le HDR est souvent critiqué parce que de trop nombreux utilisateurs de cette technique poussent les curseurs un peu trop loin. Le résultat produit des images caricaturales. Ces photos qui ont beaucoup circulé sur Internet ont fait énormément de tort à cette technique.

Pourtant, utilisé de façon raisonnée, le HDR produit des images spectaculaires, bien plus fidèles à la réalité que ce que produisent nos appareils photo. Sans le HDR, le capteur numérique ne peut pas reproduire toute la largeur dynamique d’une scène et est obligé de privilégier une partie. Il manque donc des informations soit dans les ombres, soit dans les hautes lumières. Le HDR permet au contraire d’aller chercher toutes ces informations pour les rassembler.






QUAND UTILISER LE HDR ?



# 3 – Servez-vous de votre histogramme.

Toutes les photos ne nécessitent pas un passage en HDR. Commencez par essayer de réaliser une bonne exposition de l’image. L’histogramme (en version monochrome ci-dessus) doit s’étaler sur toute la largeur : des basses lumières à gauche aux hautes lumières à droite.

Dans l’exemple ci-dessus, l’histogramme remplit toute la surface sans déborder à l’extrême gauche (ombres) ou à l’extrême droite (blancs). Si ça déborde, alors le contraste est trop fort et votre appareil photo ne peut pas contenir l’ensemble des informations de luminosité. Le HDR peut vous aider.


# 4 – Les sujets qui se prêtent bien au HDR.

Toutes les scènes statiques qui comportent un contraste important :

  • la photo de paysage, y compris panoramique, comprenant sous-bois, ciels nuageux, etc…

  • la photo macro (sujets immobiles).


# 5 – Les sujets qui ne se prêtent pas au HDR.

La technique HDR n’est pas compatible avec les scènes d’action qui nécessitent une prise de vue en rafale. En photo animalière par exemple, il est difficile d’appliquer cette technique (assemblage de plusieurs images avec expositions différentes).







COMMENT UTILISER LE HDR ?


# 6 – Photographiez systématiquement en RAW.

En RAW vous enregistrerez beaucoup plus d’informations et exploiterez ainsi 100% des capacités de votre capteur. Comme le passage en HDR se fait en plusieurs étapes, il est indispensable de photographier en RAW pour optimiser la qualité d’image.


# 7 – Trépied obligatoire.

Vous allez devoir prendre plusieurs photos (au moins 3) de la même scène. Un trépied est donc essentiel pour :

  • ne pas modifier le cadrage d’une vue à l’autre,

  • assurer une stabilité maximale qui favorisera l’assemblage des vues.






# 8 – Utilisez une télécommande + le mode retardateur 2 secondes avec relevage du miroir.

Mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir une image nette. Si vous déclenchez vous-même, vous risquez de générer une vibration. Idem pour le miroir.


# 9 – Utilisez un filtre dégradé ou polarisant (ou encore mieux les deux).

En filtrant à la prise de vue, vous diminuerez les écarts de luminosité entre le ciel et la terre. Ce sera d’une grande aide pour améliorer votre exposition.







# 10 – Attention aux éléments qui peuvent se déplacer.

La galère quand on assemble des photos, ce sont les éléments qui se déplacent. Que ce soit à cause du vent trop fort (branches qui bougent) ou des personnages ou animaux qui n’ont rien de mieux à faire que de se balader pendant que vous photographiez, vous allez générer des images « fantômes ». Si votre logiciel d’assemblage est performant vous vous en sortirez, sinon… 🤔


# 11 – Contrôlez la mise au point.

Il est impératif de ne pas décaler la mise au point d’une vue à l’autre. Le plus simple est de faire la mise au point en autofocus, puis de passer en mode manuel avant de déclencher. La mise au point sera ainsi calée et ne bougera plus jusqu’à la dernière photo. 👍


# 12 – Conservez une ouverture de diaphragme constante.

Comme pour la mise au point, la profondeur de champ doit être identique pour la série entière d’images. Choisissez donc l’ouverture (idéalement F/11 en paysage) et n’y touchez plus.


# 13 – Mode manuel ou bracketing automatique (si présent).

Soit votre boîtier intègre une fonction permettant d’automatiser 3 vues avec des expositions différentes (bracketing automatique), soit vous devrez passer en mode manuel et le faire vous-même.







# 14 – Prenez au minimum 3 photos avec une exposition différente.

Avec 3 expositions différentes, on arrive normalement à intégrer l’ensemble de la plage dynamique :

  1. 1 vue bien exposée à la valeur 0

  2. 1 vue sous-exposée à la valeur -2

  3. 1 vue surexposée à la valeur +2

Ces valeurs sont indicatives. Vous pouvez faire davantage de photos, sous-exposer davantage ou surexposer davantage. Vous pouvez aussi prendre les vues dans l’ordre qui vous arrange, peu importe.


# 15 – Pour le traitement des images, utilisez un logiciel spécialisé.

C’est pareil pour tout. Un outil multifonctions fait tout à peu près bien, mais jamais parfaitement.

  1. Je traite mes RAW (sans changer l’exposition) avec un logiciel spécialisé dans le post-traitement.

  2. Ensuite, je convertis mes 3 photos RAW en format TIFF 16 bits pour avoir le maximum de dynamique. 😉

  3. J’importe ensuite mes TIFF dans un logiciel de traitement HDR. J’utilise depuis des années Photomatix Pro qui me donne entière satisfaction. Il doit y avoir d’autres produits comparables.

  4. Je finalise ensuite le TIFF dans mon logiciel de post-traitement (plus performant que Photomatix Pro pour cette tâche) et convertis le TIFF en JPEG pour publication de la photo.






CONCLUSION.

Vous l’aurez remarqué, je n’ai pas parlé de la possibilité de traiter une photo unique dans un logiciel de traitement HDR. La raison est que ce n’est pas à proprement parler une image HDR puisqu’elle utilise les informations d’une seule vue. Elle est donc limitée aux capacités de votre capteur. Vous pouvez tout de même tenter l’expérience. Je le fais parfois pour améliorer une photo que je n’ai pas pu bracketer. Attention toutefois, ce traitement logiciel risque de générer du bruit numérique qui va dégrader l’image. Ne poussez pas trop les curseurs ! 😮


J’espère que cet article vous aura donné envie de passer au HDR. C’est réellement une technique qui va décupler les possibilités de votre appareil photo. Croyez-moi, une fois que vous y aurez goûté, vous ne pourrez plus vous en passer. A consommer avec modération tout de même, pour conserver un rendu agréable et naturel. 😉


Bonnes photos.

Prenez soin de vous. A bientôt. 🙏


Laurent.




Laurent DUPERIER

Formateur photo nature




Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à liker, commenter et partager ! Rendez-vous au bas de cette page, merci d’avance !


 

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) et souhaitez recevoir chaque dimanche matin dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver, cliquez sur le lien ci-dessous :

 

584 vues4 commentaires

4 comentários


Membro desconhecido
02 de mai. de 2021

Bonjour Laurent,


Excellent article. Ce sujet, entre son aspect théorique et la mise en pratique, est vraiment bien expliqué.

Bernard GODDARD

Curtir
Laurent DUPERIER
Laurent DUPERIER
03 de mai. de 2021
Respondendo a

Bonjour.

Merci beaucoup pour votre commentaire. Je fais de mon mieux pour écrire des articles qui vous soient utiles. Je suis très content que celui-ci vous plaise ! 😉

Bonne fin de journée.

Laurent.

Curtir

JACQUES GAUBERT
JACQUES GAUBERT
02 de mai. de 2021

Bonjour

merci pour cet article très bien documenté

y a t’il une possibilite de télécharger ces articles en Pdf

Curtir
Laurent DUPERIER
Laurent DUPERIER
03 de mai. de 2021
Respondendo a

Bonjour Jacques,

Merci beaucoup pour votre commentaire, je suis très heureux que le contenu de l'article vous convienne.

Je viens de vérifier, la fonctionnalité de téléchargement en PDF n'existe pas sur mon blog. Je vais réfléchir à une possible solution...

Bonne fin de journée.

Laurent.

Curtir
bottom of page