top of page

Envie de recevoir chaque dimanche matin  dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver ?

Abonnez-vous à ma newsletter !

MES GUIDES PDF GRATUITS A TELECHARGER

Rechercher

MODE BULB : POURQUOI ET COMMENT SON UTILISATION VA TRANSFORMER VOTRE PRATIQUE PHOTOGRAPHIQUE !




La maîtrise de l’exposition de son boîtier n’est pas une chose facile. Pour y parvenir, vous avez dû vous familiariser avec :

  • L’ouverture du diaphragme,

  • La vitesse d’obturation,

  • La sensibilité ISO.

Dans le cadre de votre apprentissage, vous avez débuté en mode automatique, puis avez exploré les modes priorité ouverture, priorité vitesse et enfin le mode manuel. A force de pratique, vous avez réussi à maîtriser ces paramètres, bravo ! Pourtant, il existe un mode que vous n’avez probablement pas encore vraiment exploité. Vous savez, celui dont vous vous êtes dit en lisant le manuel, que ce serait pour plus tard. Je parle du mode Bulb. 😉

Le mode Bulb ? C'est quoi ce truc ? C'est normal qu'il soit peu connu. La plupart des photographes qui ne pratiquent pas assidûment le paysage, la photo nocturne ou l'astrophotographie n'utilisent pas ce mode.


Quel intérêt puisque vous n’en avez peut-être jamais eu besoin jusqu’à présent ? Justement, maintenant que vous maîtrisez les bases de l’exposition, il est temps de passer à la vitesse supérieure (enfin vitesse beaucoup plus lente pour être exact) 😁 !


Suivez-moi, je vous explique ça dans cet article. Ensuite, vous ne pourrez plus vous passer du mode Bulb !


 

Téléchargez mon guide PDF gratuit "10 conseils essentiels pour les débutants en photo de nature"

cliquez ci-dessous :

 


POURQUOI UTILISER LE MODE BULB ?



Qu’est-ce que le mode Bulb ?


Il s’agit d’un mode permettant de paramétrer la vitesse d’obturation de votre boîtier pour dépasser la limite basse des 30 secondes de temps de pose. Il vous ouvre les portes d’un univers fantastique (vers l’infini et au-delà) ! 🚀

C’est une sorte de super mode manuel, vous gérez « à la main » le rideau de l’obturateur : :

1. lorsque vous appuyez sur le déclencheur, il s’ouvre ;

2. tant que vous laissez votre doigt sur le déclencheur, il reste ouvert ;

3. lorsque vous relâchez le déclencheur, le rideau se ferme et la photo est prise.


Dans la pratique, laisser le doigt appuyé sur le déclencheur aussi longtemps est contre-productif (vibrations), mais je vais en parler un peu plus loin dans l’article…


Le mode Bulb permet de photographier dans des conditions un peu plus extrêmes. Par exemple, à la tombée de la nuit, ou même en pleine nuit avec l’astrophotographie. Ce mode particulier permet aussi de basculer dans un "univers parallèle", qui nous éloigne de la réalité de la scène photographiée : magique !

Pourtant, chambouler ses habitudes de prise de vue n’est pas forcément ce qu’un photographe a de suite envie de faire. Il lui faut une bonne raison pour cela. Eh bien, ça tombe bien, j’en ai trouvé pas une mais cinq ! 🖐



Majestueuse F/11, ISO 50, 119 secondes de pose, filtre ND 1000



Les raisons d’utiliser le mode Bulb.


Raison # 1 – Vous empruntez une voie différente des autres.

Certains sites sont tellement beaux qu’ils ont été photographiés des milliers de fois. Internet regorge ainsi de photos tellement semblables de la même scène, que les gens finissent par s’en lasser. Dans ces conditions, difficile de passer après le 50000ème photographe et être original…

C’est là que la photo en pose longue avec le mode Bulb va vous permettre de vous démarquer de la masse des autres photographes. Si vous voulez qu’on vous remarque, ne copiez pas les autres, soyez différent(e) ! Vous affirmez votre style avec un impact visuel fort ! 😉



Raison # 2 – Vous « gommez » les mouvements.

En posant plusieurs minutes, vous arrivez à lisser complètement l’eau et rendre l’écume vaporeuse. Les nuages s’étirent et changent de consistance.

Une place envahie de passants devient déserte grâce à la pose très longue permise par le mode Bulb !

Le bénéfice est une image débarrassée des éléments « parasites » et une attention recentrée sur le sujet principal. 👍



Raison # 3 – La pose très longue transforme votre pratique.

On est ici à l’opposé du déclenchement en rafale. Il faut encore davantage « penser » chaque photo en :

  • utilisant la pose très longue pour renforcer son message visuel,

  • s’impliquant dans la maîtrise fine de l’exposition,

  • retrouvant des contraintes techniques que l’on croyait oubliées depuis les débuts de la photographie.

Le résultat est une attention décuplée sur chaque photo (car on met plus de temps à la faire), qui va bouleverser votre pratique photographique !



Raison # 4 – Pas besoin d’un boîtier hyper performant.

Oubliez les boîtiers super nerveux capables d’enchaîner 30 images/seconde, avec suivi autofocus sur l’œil humain, animal et véhicule.

Tant qu’il possède le mode Bulb, votre vieux boîtier fait parfaitement l’affaire !



Raison # 5 – Un autre univers photographique est à votre portée.

C’est selon moi la raison la plus importante. Que ce soit pour simplement faire un effet de filé sur l’eau d’une cascade en plein jour, photographier la nuit ou encore mieux tester l’astrophotographie, le mode Bulb repousse les limites de votre boîtier ! Il vous fait entrer dans un univers de photographes experts, amoureux de ces moments intenses procurés par la pose très longue.




Côte déchiquetée F/11, ISO 50, 45 secondes de pose, filtre ND 1000



Les inconvénients du mode Bulb.


Rien n’est parfait en ce monde, tout à un prix à payer. C’est la même chose pour le mode Bulb.

Voyons ci-dessous quels sont ses inconvénients.



Inconvénient # 1 – Lourd à mettre en pratique.

Photographier à des temps de pose de plus de 30 secondes implique de passer davantage de temps pour faire une seule photo. Ce temps est décuplé par :

  • la manipulation du matériel pour stabiliser la prise de vue (trépied, télécommande),

  • la difficulté pour faire la mise au point (manque de lumière),

  • le calcul du temps de pose plus pointu car adapté au manque de luminosité,

  • la prise de vue en elle-même qui prend davantage de temps.

Autant dire qu’il est préférable d’être seul si vous ne voulez pas que vos compagnons s’impatientent pendant que vous photographiez… 😁



Inconvénient # 2 – La réussite de la photo repose davantage sur vous.

C’est à la fois un inconvénient et un avantage car c’est super formateur !

Et oui, avec si peu de lumière arrivant sur le capteur, votre boîtier va être en difficulté. L’autofocus a de grandes chances d’être HS. Vous devrez passer en mise au point manuelle. Déjà que vous deviez gérer manuellement l’exposition, la prise de vue devient rapidement contraignante.

Rassurez-vous, avec un peu d’entraînement, on s’y fait vite. 😉



Inconvénient # 3 – Un minimum de matériel est indispensable.

Il n’y a pas d’exigence particulière pour ce qui est du boîtier (du moment qu’il possède le mode Bulb). Concernant l’objectif, une ouverture importante est préférable pour la photo de nuit et indispensable pour l’astrophotographie.


Pour utiliser le mode Bulb, voici le matériel indispensable :

  • un trépied solide (vitesse d'obturation très, très basse).

  • une télécommande (à cause du flou de bouger). Si vous n'avez pas de télécommande, vous pouvez connecter votre Smartphone au boîtier (via une appli dédiée) pour le même résultat.

  • un chronomètre pour savoir quand refermer le rideau de l’obturateur et déclencher (une télécommande qui fait aussi chronomètre c’est encore mieux). A défaut votre Smartphone fera le job.

Si vous photographiez à la lumière du jour, il vous faudra en plus un filtre gris neutre qui absorbe beaucoup de lumière (ex : ND 1000) pour vous amener au-delà des 30 secondes de temps de pose.



Inconvénient # 4 – Il n’est pas adapté à tous les styles photographiques.

C’est un peu évident, mais il est difficile de l’utiliser en photo de sport ou animalière. 😁

Rien n’est impossible, et le rendu peut être spectaculaire si toutes les conditions sont remplies (par exemple un héron cendré parfaitement immobile à l’affût dans une roselière). Le résultat est quand même très aléatoire… 🤔



 

"L'art de la composition en photo nature" est un e-book de 50 pages qui permet aux débutants d’acquérir les clés pour maîtriser les bases de la composition photo nature. Les pratiquants de niveau intermédiaire y trouveront des règles de composition avancées, pour réussir à faire de superbes photos de nature !

______

50 pages illustrées de nombreuses photos.

10 règles de niveau débutant.

10 règles de niveau avancé.

5 conseils de mise en pratique.

5 photos analysées en profondeur.


 


COMMENT UTILISER LE MODE BULB ?



Activer le mode Bulb.


Exemple sur boîtier Canon


Si vous avez un boîtier Canon.

Rien de plus simple : il vous suffit de tourner la roue des modes sur la position B (photo ci-dessus) pour l’activer.


Si le mode B n’est pas présent sur la roue des modes.

Ne vous inquiétez pas, rien n’est perdu. Quand je suis passé chez Sony je l’ai cherché au début !

En fait, il suffit d’être en mode manuel. Ensuite, le mode Bulb s’active tout seul dès que l’on dépasse 30 secondes de pose.



Votre check-list d’utilisation du mode Bulb.


Pour réussir votre prise de vue en pose longue, suivez la recette ci-dessous :


  1. Choisissez le format RAW.

  2. Fixez votre boîtier sur un trépied solide (s’il y a du vent, accrochez votre sac au trépied pour le lester).

  3. Connectez la télécommande au boîtier.

  4. Effectuez le cadrage, puis verrouillez fermement les molettes de votre trépied.

  5. Faites la mise au point sur votre sujet. Si la lumière est trop faible, passez en mise au point manuelle. Aidez-vous des outils d’aide à la mise au point manuelle dont dispose votre boîtier (voyant de confirmation + loupe en reflex ou focus peaking + loupe en hybride). Une fois la mise au point faite, n’y touchez plus.

  6. Activez la fonction de réduction du bruit en pose longue (si elle est présente sur votre boîtier). Attention, le boîtier prend une seconde photo (sans ouverture du rideau) afin de comparer avec la première et éliminer les points rouges créés par la pose longue. Ceci rallonge donc le temps de traitement.

  7. Réglez l’exposition. Sélectionnez une ouverture à F/8 ou F/11 et une valeur ISO à 50 ou 100. Pour la vitesse, voir le paragraphe suivant. Une fois l’exposition calée, 2 options : avec ou sans filtre ND (détails au paragraphe suivant).

  8. Si ce n’est pas déjà fait, passez en mode manuel (indispensable pour activer le mode Bulb).

  9. Déclenchez à l’aide de la télécommande en démarrant également le chrono (interne ou externe à la télécommande). Le rideau de l’obturateur s’ouvre et la lumière illumine le capteur.

  10. Lorsque le chrono affiche le temps de pose désiré, appuyez de nouveau sur le bouton de la télécommande. Le rideau de l’obturateur se referme et la photo est prise.




Monstre endormi F/11, ISO 50, 75 secondes de pose, filtre ND 1000



Calculer l’exposition en mode Bulb.


Vous pouvez calculer à la main la bonne exposition en fonction de l’indice de lumination. Mais, votre meilleure alliée pour aller vite dans le calcul de la bonne exposition en mode Bulb, est une application Smartphone dédiée. J’utilise « calculatrice d’exposition » : elle est simple et efficace !






Érodée mais debout F/11, ISO 50, 64 secondes de pose, filtre ND 1000




CONCLUSION.


J’espère que cet article vous aura convaincu(e) de l’énorme plus-value que peut représenter l’utilisation du mode Bulb dans votre pratique photographique. 👍

Grâce à lui, l’univers de la photo nocturne est à votre portée ! Les paysages que vous pensiez bien connaître pour les avoir souvent photographiés de jour, vous apparaitront totalement différemment ! Inévitablement, vous lèverez alors le nez et aurez envie de photographier les étoiles (et la voie lactée). Attention : si le virus de l’astrophotographie vous gagne, il ne vous lâchera plus ! 🤩


Vous préférez la photo diurne ? Pas de souci. Avec un filtre ND, vous absorberez tellement de lumière que l’univers de la photo en pose longue vous tendra les bras. J’ai réalisé toutes les photos de cet article dans les Asturies (Espagne) en mode Bulb avec un filtre ND 1000 ! De quoi voir cette magnifique côte sauvage d’un autre œil… 👀


A présent, à vous de jouer. Lancez-vous : l’esprit « pose longue » va vous gagner très vite !



A bientôt.

Bonnes photos. Prenez soin de vous. 🙏



Laurent DUPERIER

Photographe et formateur photo nature





Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à liker, commenter et partager ! Rendez-vous au bas de cette page, merci d’avance !


 

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) et souhaitez recevoir chaque dimanche matin dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver, cliquez ci-dessous :

 



1 459 vues3 commentaires

3 Comments


Guest
Jan 08, 2023

Bel article, illustré avec de magnifiques photos N&B-bravo ! M' a donné envie d'en faire !!

Bruno Patrel

Like

jean-louis.laze
jean-louis.laze
Sep 24, 2022

Merci pour cet excellent article qui permet de découvrir de nouveaux horizons. Cependant, comment calculer le temps de pose longue, sans l'application avec un smartphone ? D'avance merci pour votre réponse. Cordialement, Jean-louis

Like
Laurent DUPERIER
Laurent DUPERIER
Sep 25, 2022
Replying to

Bonsoir Jean-Louis. L'utilisation d'une application dédié sert à être plus précis et surtout gagner du temps. Le tableau d'indice de lumination vaut pour les temps de pose classiques, il ne donne pas directement la réponse non plus. Sans aide extérieure, je conseille de se caler d'abord sur la valeur d'exposition permettant d'être pile sur 30 secondes (en ouvrant le diaphragme donc). Par exemple pour 100 ISO à F/8 et 30 secondes avec un histogramme correct. Ensuite, si l'on veut fermer le diaphragme jusqu'à F/11, rajouter environ 10 secondes supplémentaires par valeur de diaphragme (+10 de F/8 à F/9). Ceci fait arriver à +30 secondes de temps de pose pour être à F/11. A partir de là, il suffit de faire…

Like
bottom of page