top of page

Envie de recevoir chaque dimanche matin  dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver ?

Abonnez-vous à ma newsletter !

MES GUIDES PDF GRATUITS A TELECHARGER

Rechercher

PEUT-ON DEBUTER LA PHOTO ANIMALIERE SANS TELEOBJECTIF GRACE A L’IA ? LA REPONSE DANS CET ARTICLE !



La photo animalière est une pratique incroyablement enrichissante. Elle nous aide à faire de nouveau battre notre cœur au rythme de la nature ! 🧡🌳


Seulement, photographier la faune sauvage est loin d’être facile. La première étape avant même de penser photo est d’acquérir des connaissances de base de naturaliste. C’est indispensable pour approcher la vie sauvage en minimisant son impact en termes de dérangement ! 👍


Ceci fait, arrive la seconde étape à franchir : celle du matériel. Même équipé(e) d’un boîtier performant doté d’un bon autofocus et d’une cadence élevée en rafale, vous êtes confronté(e) au besoin de posséder un téléobjectif… 🤔

Vu le prix d’un tel matériel, nombre de débutants baissent les bras et se détournent de la photo animalière. Pire, certains essaient de compenser le manque de longueur focale en s’approchant au plus près des animaux sauvages. Dérangement et fuite de l’animal garantis. La meilleure méthode pour être à proximité de l’animal sans le déranger est d’utiliser un affût. L’approche requiert beaucoup d’expérience et de précautions, qui font défaut au débutant…


Et si les dernières avancées technologiques des logiciels recourant à l’intelligence artificielle (IA) pour l’agrandissement des fichiers pouvaient apporter une solution aux débutants en photo animalière ? C’est ce que je vous propose de voir dans cet article ! 😉


 

Téléchargez mon guide PDF gratuit "10 conseils essentiels pour les débutants en photo de nature"

cliquez ci-dessous :

 


Qu’est-ce qu’un logiciel d’agrandissement ?


Il s’agit d’un logiciel qui permet de redimensionner une photo tout en préservant les détails, de sorte que le fichier agrandi ne ressemble pas à une bouillie de pixels flous en vue à 100%.

Comment c’est possible ?

Traditionnellement, quand on voulait agrandir une photo dans un logiciel de retouche, il fallait utiliser la méthode d’interpolation. Celle-ci créait de nouveaux pixels en copiant ceux qui se trouvaient autour d’eux. Le résultat était une image plus grande en pixels, mais avec souvent moins de détails, plus de flou et de bruit numérique.

Pour y remédier, depuis des années des logiciels spécialisés utilisant des algorithmes complexes ont été créés pour agrandir les fichiers numériques. Le résultat n’a fait que s’améliorer au fil du temps mais parfois, des artefacts (éléments artificiels indésirables) apparaissaient et gâchaient le résultat.

Depuis peu, une nouvelle génération de logiciels faisant appel à l’intelligence artificielle a tout changé !

En plus des algorithmes, ils utilisent d’énormes bases de données photographiques (des millions d’images). Le résultat est bluffant !


J’ai acquis récemment l’un de ces logiciels pour imprimer en grand format des photos de paysage faites il y a longtemps avec des boîtiers de 6, 10 et 12 MP (la préhistoire des reflex numériques) ! 😁

Cherchant une autre utilisation pour mon logiciel, j’ai eu l’idée de le tester en configuration photo animalière. Comment se comporte-t-il lors d’un fort recadrage ?



Le protocole de test.


L’idée n’était pas de faire des photos artistiques, mais juste de comparer les résultats avec un court téléobjectif et avec un long téléobjectif. J’ai choisi de comparer 150mm et 600mm. Il y a trois raisons :

  1. J’ai un objectif qui couvre ces deux focales (pratique pour le test),

  2. 150mm correspond à peu près à la focale extrême de certains zooms généralistes (style 35-150). C’est assez proche des focales macro type 100mm, 105mm ou encore mieux 150mm.

  3. 600mm est une focale très utilisée en photo animalière.


Voici ci-dessous le protocole de test :

  • J’ai utilisé mon boîtier hybride plein format que j’ai passé en mode crop APSC, car c’est ce format de capteur qui est utilisé majoritairement par les débutants.

  • Résolution des fichiers originaux : 26MP (crop format APSC).

  • Les photos ont été faites avec mon télézoom Sigma 150-600 sport. Je l’ai utilisé à ses deux extrémités, soit 150mm et 600mm.

  • Les focales résultantes du recadrage format APSC (x1,5) sont donc 225mm au lieu de 150mm et 900mm au lieu de 600mm.

  • Format de fichier : RAW. Ce n’est pas le format préféré des débutants, mais je l’ai quand même utilisé pour optimiser les résultats.

  • Mode manuel.

  • Ouverture de diaphragme à F/6.3 à la fois à 150mm et 600mm pour voir l’impact sur la profondeur de champ.

  • Vitesse d’obturation à 1/640 seconde aux deux focales.

  • Sensibilité ISO réglée sur Auto. Elle a donc varié (à la baisse à 150mm et la hausse à 600mm).

  • Lieu : le plan d’eau à côté de chez moi.

  • Sujets : 2 canards col vert. Sujet facile et pas farouche, idéal pour un débutant et pour ce test.

  • Heure : milieu d’après-midi. C’est pas du tout une heure à conseiller en photo animalière, mais c’était pour avoir des sujets relativement calmes (à cause de la chaleur) et pas de souci de lumière manquante qui influerait sur les résultats.

  • Distance : sujet 1 : 16 mètres. Sujet 2 : 10 mètres. Ces distances sont cohérentes avec la pratique en affût. Sans affût, il faut au moins doubler la distance. Vu les sujets (canards) je n’ai pas eu besoin d’affût bien sûr !

  • Logiciel de dématriçage RAW et retouche photo : DXO Photolab 5. C’est celui que j’utilise habituellement pour traiter mes photos mais si vous utilisez Lightroom, Capture one ou autre, ça n’a pas d’importance.

  • L’export avant agrandissement est en TIFF 16 bits pour préserver les détails.

  • Logiciel d’agrandissement : ON1 resize AI 2022. Version utilisant l’AI sortie en avril 2022. Je n’ai pas testé avec les logiciels concurrents.

  • L’export après agrandissement est en TIFF 16 bits toujours pour préserver les détails.



Etape # 1 - Les photos originales à 600mm et 150mm, plein cadre.



Sujet 1.



Voici ci-dessus la photo du sujet 1 à 600mm. Pas de quoi s’extasier sur la composition, mais c’était juste pour le test. 😁

Aucune correction n’a été appliquée au fichier RAW.

Les paramètres de prise de vue sont encadrés en rouge.




Voici ci-dessus la photo du sujet 1 à 150mm. Il a bougé la tête pendant que je dézoomais de 600mm vers 150mm, mais ça n’a pas une grande importance. La photo à 150mm est moche, mais c’était juste pour le test.

Aucune correction n’a été appliquée au fichier RAW.

Les paramètres de prise de vue sont encadrés en rouge. J’ai rajouté un cadre en pointillés bleus pour matérialiser la zone à peu près couverte par la focale de 600mm.



Sujet n°2.



Mêmes remarques que pour le sujet 1.

J’étais assis sur la berge. Il aurait fallu être couché pour un meilleur point de vue, mais pour le test c’est sans importance.





Mêmes remarques que pour le sujet 1.




Etape # 2 - Les photos à 600mm et 150mm après recadrage, visualisation à 100% et 400%.


Un recadrage a été appliqué aux photos à 150mm pour les faire correspondre à peu près au cadrage à 600mm. La taille de fichier passe de 6240x4160 à 1770x1180, soit 2MP résultants ! 😱

Les images ont été converties en format TIFF 16 bits, toujours sans aucune retouche appliquée.


Les vues ci-dessous montrent les sujets 1 et 2 en visualisation à :

· 100% pour la focale de 600mm

· 400% pour la focale de 150mm recadrée.



Sujet n°1.




Le fichier RAW est 100% brut (sans réglages). La netteté n’a pas été appliquée. A 600m, on sent qu’il « en a sous le pied »…

J’ai rajouté un encadré rouge pour le taux de visualisation à 100%.





J’ai visualisé la photo à 150mm à 400% pour avoir une taille à peu près équivalente du canard vis-à-vis de la photo à 600mm. Le résultat est horrible, c’est flou avec une très forte dégradation et des pixels en escalier…

La taille de fichier de 12Mo pour seulement 2MP est due au format TIFF 16 bits.



Sujet n°2.




A 600mm et 100%, le résultat semble encore meilleur sur le sujet 2. La distance moindre (10m) doit l’expliquer.





A 150mm et 400% c’est un peu moins moche que pour le sujet 1. Sans doute l’effet de la distance.

C’est quand même bien flou et les pixels sont apparents.

Les mêmes valeurs de recadrage et conversion TIFF 16 bits que pour le sujet 1 ont été appliquées.




 

"L'art de la composition en photo nature" est un e-book de 50 pages qui permet aux débutants d’acquérir les clés pour maîtriser les bases de la composition photo nature.

Les pratiquants de niveau intermédiaire y trouveront des règles de composition avancées, pour réussir à faire de superbes photos de nature !

______

50 pages illustrées de nombreuses photos.

10 règles de niveau débutant.

10 règles de niveau avancé.

5 conseils de mise en pratique.

5 photos analysées en profondeur.

 


Etape # 3 – Redimensionnement des photos à 150mm dans le logiciel ON1 resize AI 2022.



Sujet n°1.



Ci-dessus, l’écran de redimensionnement. J’ai été gourmand en testant l’agrandissement permettant de revenir au format initial de la photo. J’ai entré en paramètres de grandeur : 6240x4160 soit 26 MP au lieu de 1770x1180, soit 2MP ! C’est un agrandissement de 353 % !

J’ai appliqué un réglage de netteté : amazing detail finder, pour voir ce que le logiciel a dans le ventre… 😁

L’export est toujours en TIFF 16 bits, soit un fichier résultant de 198 Mo !

A 100%, c’est moins convaincant que le fichier de 600mm à 100% sans réglages, mais beaucoup mieux que la version à 150mm à 400% (heureusement). 😉



Sujet n°2.




Les paramètres de grandissement sont identiques à ceux appliqués au sujet 1.

La zone très floue à l’arrière de la tête est due à la prévisualisation, elle disparaît dans la version exportée.

Je trouve le résultat plus convaincant que pour le sujet 1, mais toujours en dessous de la version à 600mm.




Etape # 4 – Visualisation des photos à 150mm agrandies dans le logiciel DXO PL 5.


Sujet n°1.




L’image est conforme à la prévisualisation à 100%. On a retrouvé la taille de fichier initiale, mais le fichier fait un poids énorme (TIFF 16 bits) ! Il suffit de le compresser en JPEG pour diminuer le poids. Vous pouvez aussi directement le convertir en JPEG depuis le logiciel d’agrandissement, mais ça diminuera les possibilités de post-traitement.



Sujet n°2.




Même remarques que pour le sujet 1. La zone très floue à l’arrière de la tête a disparu.




Etape # 5 – Comparaison avant/après agrandissement des photos à 150mm.


Sujet n°1.




Le résultat est beaucoup plus qualitatif après agrandissement.



Sujet n°2.



Comme pour le sujet 1, le résultat est beaucoup plus qualitatif après agrandissement.




Etape # 6 – Comparaison 600mm à 100% vs 150mm à 100% après agrandissement.


Sujet n°1.



Il est évident sur cette comparaison que la version à 600mm (en haut) sans aucune retouche est beaucoup plus propre, avec beaucoup de potentiel en termes de post-traitement.

La version agrandie présente des dégradations de l’image et une montée du bruit conséquente. En TIFF, ça peut partiellement se rattraper.

Le fond est plus présent sur la version 150mm agrandie.



Sujet n°2.



Pour le sujet 2, l’écart entre les deux versions est moins marqué.

La version 150mm agrandie est moins qualitative qu’à 600mm, mais c’est moins moche que pour le sujet 1.

On note également le fond plus présent à 150mm agrandis.




CONCLUSION.


Faisons ci-dessous la synthèse des étapes de test :


  1. photographie avec un petit téléobjectif (150mm)

  2. très fort recadrage pour avoir l’équivalent d’un cadrage de long téléobjectif à 600mm

  3. agrandissement de l’image recadrée dans un logiciel spécialisé utilisant l’IA.

v


A ces constatations, j'ajouterai que les conditions de luminosité étaient bonnes et les distances vis à vis des deux sujets étaient assez courtes (sujet 1 : 16 mètres. Sujet 2 : 10 mètres.).

Si les sujets avaient été des mammifères en sous-bois et à une plus grande distance, je suis presque sûr que les résultats auraient été encore plus en faveur du long téléobjectif... 🤔


Je pense que les logiciels d’agrandissement d’image utilisant l’IA sont une belle avancée pour permettre :

  • d’agrandir une photo de qualité prise avec un vieux boîtier doté d’un capteur peu pixellisé (6MP, 10MP…)

  • de tirer ses photos en très grand format sans perte de qualité.

  • d’effectuer des recadrages modérés sans crainte de se retrouver avec une photo inexploitable.


Sur le site ON1, les photos d’exemples du logiciel resize AI 2022 sont à des agrandissements x2. Cette taille raisonnable offre des résultats spectaculaires ! 👀

💡 Le secret est certainement là : rester raisonnable pour préserver la meilleure qualité.


En photo animalière, je vois deux principales utilités à ce logiciel :

  1. Pour les photographes ne possédant pas de long téléobjectif. Recadrage modéré, puis agrandissement pour passer d’une prise de vue avec un téléobjectif moyen de 300m (ou zoom 75-300mm) à un recadrage en équivalent 600mm.

  2. Pour les photographes possédant un long téléobjectif avec un boîtier dont le capteur est peu pixellisé (<=20MP). Cette fois, l’agrandissement après recadrage permet de retrouver la définition native du capteur.


Alors, peut-on espérer débuter la photo animalière sans téléobjectif, mais avec l’aide de l’intelligence artificielle associée à un logiciel d’agrandissement d’image ?

Selon moi, si vous envisagez d’imprimer vos photos en grand format, vous pouvez investir sans crainte dans ce type de logiciel, il vous sera toujours utile.

Mais l’utiliser en substitution d’un long téléobjectif vous fera perdre trop en qualité si vous partez de très loin comme dans les deux exemples de test (150mm). 🤔


💡 Toutefois, l’utiliser en complément occasionnel d’un zoom 75-300mm pour obtenir des plans serrés d’animaux photographiés en randonnée peut (à mon avis) être une bonne idée pour vous éviter l’achat d’un lourd et cher téléobjectif.


Si vous souhaitez vous spécialiser en photo animalière, oubliez cette idée et investissez dans un long téléobjectif !

« Le prix s’oublie, la qualité reste ! » (Michel Audiard – Les tontons flingueurs). 😉




A bientôt.

Bonnes photos. Prenez soin de vous. 🙏





Laurent DUPERIER

Photographe et formateur photo nature






Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à liker, commenter et partager ! Rendez-vous au bas de cette page, merci d’avance !


 

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) et souhaitez recevoir chaque dimanche matin dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver, cliquez ci-dessous :

 

869 vues2 commentaires
bottom of page