top of page

Envie de recevoir chaque dimanche matin  dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver ?

Abonnez-vous à ma newsletter !

MES GUIDES PDF GRATUITS A TELECHARGER

Rechercher

MISE AU POINT AUTOFOCUS – 15 ASTUCES FACILES A APPLIQUER POUR DES PHOTOS TOUJOURS NETTES !

Dernière mise à jour : 18 mai 2021





Vous êtes en train de regarder vos photos sur l’ordinateur et constatez qu’une nouvelle fois, le sujet photographié n’est pas net. 😞En jetant un œil aux données Exif, vous écartez l’éventualité d’une vitesse d’obturation trop basse. Le problème ne vient pas de là. Vous finissez par vous rendre à l’évidence : vous n’avez pas correctement fait la mise au point lors de la prise de vue.


Mais pourquoi est-ce si difficile ? Le succès repose sur 2 critères : paramétrage du boîtier et expérience du terrain. Les boîtiers modernes sont devenus extrêmement performants. Il y a quelques années, les modules autofocus (AF) comportaient peu de collimateurs et pas de fonctions personnalisées. Le revers de la médaille, c’est que maîtriser l’AF implique aujourd’hui de s’impliquer dans le paramétrage de son boîtier, avant de commencer à photographier.


Tout ça vous semble obscur ? Je vous présente 15 astuces qui vont vous mener vers le succès !




 

Téléchargez mon guide PDF gratuit "10 conseils essentiels pour les débutants en photo de nature"

cliquez sur le lien ci-dessous :

 


OPTIMISEZ L’ENSEMBLE BOITIER + OBJECTIF.





Astuce # 1 – Faites (si c’est possible) les micro-ajustements de l’autofocus.

Le résultat d’une photo n’est pas seulement du à la qualité de l’objectif. Le boîtier a un rôle très important et c’est l’association de ce « couple » boîtier + objectif qui donne le rendu final de l’AF. Si la fonction de micro-ajustements est présente sur votre boîtier, prenez le temps de passer par cette étape. Vous serez surpris(e) des résultats ! 🤩


Astuce # 2 – Paramétrez les commandes du téléobjectif.

Utilisez toutes les possibilités de personnalisation de votre téléobjectif :

- Autofocus avec retouche du point en manuel,

- Plages de mise au point (courte distance, distance moyenne, longue distance),

- Commandes personnalisées pour paramétrer la réactivité*.

*Exemple : dock Sigma avec le logiciel Sigma optimisation pro.



PARAMETREZ L’AUTOFOCUS DE VOTRE BOITIER.





Astuce # 3 – Lisez le manuel – RTFM en anglais (read this f…..g manual) !

D’accord, c’est pas fun de lire un manuel de 500 pages en PDF. On est tous d’accord. Pourtant, rappelez-vous. Si vous avez acheté ce boîtier, c’est justement pour ses caractéristiques qui vous faisaient rêver.

Pour y arriver, concentrez-vous sur une partie à la fois. Pourquoi ne pas commencer justement par lire le chapitre détaillant l’autofocus ? 👍


Astuce # 4 – Apprenez les forces et faiblesses de votre autofocus.

Le module AF fait partie des critères importants d’achat d’un appareil photo. Vous devez donc savoir :

  • Le nombre total de collimateurs AF et leur placement dans l’image (disposition et couverture).

  • Le nombre de collimateurs AF en croix et double croix (éventuellement) et leur emplacement.

  • L’impact des objectifs que vous utilisez sur le nombre de collimateurs utilisables (les objectifs à ouverture < F5,6 peuvent faire diminuer le nombre de collimateurs actifs).

En connaissant mieux votre AF, vous l’exploiterez à 100% et vous adapterez mieux lorsqu’il travaille en mode dégradé (certains collimateurs inactifs).






Astuce # 5 – Personnalisez l’activation des zones AF (variable suivant le boîtier).

Attention, toutes les zones AF ne sont pas toujours activées par défaut. Vous avez deux possibilités :

  1. Activer toutes les zones AF,

  2. N’activer que les zones AF que vous pensez utiliser.

Si vous choisissez l’option 2, vous passerez plus rapidement d’une zone AF à l’autre pour vous adapter au sujet. En revanche, vous perdrez du temps si vous devez réactiver une zone en urgence. Personnellement, je préfère l’option 1 pour exploiter 100% des possibilités de paramétrage.


Astuce # 6 – Pilotez vos collimateurs.

Lisez bien le manuel de votre boîtier afin d’activer le pilotage direct de vos collimateurs AF avec soit : le joystick, la roue arrière ou un pad directionnel (4 flèches) selon le modèle.

Ainsi, en gardant l’œil au viseur vous déplacerez rapidement du pouce le ou les collimateurs actifs pour les positionner précisément sur le sujet.


Astuce # 7 – Activez ou désactivez l’AF en programmant une touche de fonction.

L’arrière de votre boîtier est garni de nombreuses touches dont certaines ne sont peut-être pas exploitées. Celle à laquelle je fais référence ici est la touche AF-ON. Elle permet 2 options pour l’AF :

  1. AF-ON : l’AF n’est activé qu’avec l’appui sur cette touche (et non plus avec le déclencheur). Ainsi, si vous appuyez et relâchez, l’AF fait une première mise au point puis se coupe. En fait, ça revient à avoir un AF continu ou ponctuel ou pas d’AF selon le besoin et la durée d’appui sur la touche.

  2. AF-OFF : si déplacer l’activation de l’AF à l’arrière du boîtier vous perturbe, il existe l’option inverse. Cette fois, en appuyant sur la touche, l’AF se coupe. Dès que vous relâchez la touche, l’AF se réactive (si vous avez gardé l’index sur le déclencheur). Logique inverse, mais résultat identique.

Vous n’avez pas de touche AF-ON sur votre boîtier ? Il est généralement possible de programmer la touche de mémorisation d’exposition « * » (Canon) ou « AE-L/AF-L » (Nikon). 😉


Astuce # 8 – Personnalisez la réactivité de l’AF pour un meilleur suivi.

Les systèmes autofocus des boîtiers modernes (de moyenne et haut de gamme) sont souvent paramétrables pour ce qui est du suivi des sujets. Il est ainsi possible d’affiner la réactivité de suivi selon 3 critères en fonction du type de sujets de vous photographiez :

  1. Sensibilité du suivi (utile lorsque un obstacle s’intercale ou que l’on perd le sujet).

  2. Accélération/ralentissement (sujets en se déplaçant pas à des vitesses constantes).

  3. Changement automatique du collimateur AF (pour s’adapter aux déplacements rapides du sujet).

Ces 3 paramètres sont ceux que j’utilise sur boîtier Canon, les appellations peuvent changer selon la marque.






GESTION DE L’AUTOFOCUS SUR LE TERRAIN.


Astuce # 9 – Choisissez le mode AF adapté à votre sujet.

Le choix du mode AF doit être différent selon que le sujet est :

  • immobile : mode autofocus ponctuel (sans actualisation). AF One-Shot (Canon) ou AF-S (Nikon, Pentax, Sony)

  • en déplacement : mode autofocus continu (avec actualisation). AF AI Servo (Canon) ou AF-C (Nikon, Pentax, Sony)

Il existe un 3ème mode : l’autofocus automatique. C’est lui qui choisit d’actualiser ou pas l’AF si le sujet bouge. Nommé AI Focus (Canon) ou AF-A (Nikon, Pentax, Sony), c’est un mode que je ne vous conseille pas car si l’action est très rapide, vous risquez de perdre en réactivité. Les animaux ne posant généralement pas comme des modèles, il est préférable d’anticiper tout mouvement de leur part en utilisant l’autofocus continu. 😏


Astuce # 10 – Utilisez les réglages personnalisés du boîtier (si possible) pour gagner en réactivité.

Sur certains boîtiers, il existe en plus des modes classiques (PASM) des modes personnalisés (C1, C2, C3 sur Canon) ou touches Fn1, Fn2 (Nikon). Sur mon boîtier j’en ai un pour le paysage et un autre pour l’animalier. J’ai ainsi mes réglages préférés qui me permettent de réagir instantanément face à une situation inattendue sans perdre de temps à naviguer dans les menus.


Astuce # 11 – Adaptez le nombre de collimateurs autofocus au sujet.

Un photographe expert saura aborder sans difficulté tous les types de sujets avec toutes les combinaisons possibles de collimateurs, de l’unique à l’ensemble.

Pour un débutant, le choix dépend de plusieurs facteurs. Ci-dessous quelques exemples :

  • Si le sujet est seul et prend une grande partie de l’image : 1 seul collimateur.

  • Si le sujet est seul, prend une petite partie de l’image et que le fond est chargé : 1 seul collimateur.

  • Si le sujet est seul, prend une petite partie de l’image et que le fond est uni : 1 groupe de collimateurs.

  • Si le sujet est un groupe dense d’animaux et que le fond est uni : 1 groupe de collimateurs ou tous collimateurs.






Astuce # 12 – Changez si besoin la plage AF lorsque vous changez de sujet.

J’ai choisi la photo ci-dessus pour vous montrer ce qu’il ne faut pas faire. J’avais choisi une plage AF avec un groupe de 9 collimateurs, ce qui représente mon choix par défaut en photo animalière (adapté à la plupart des sujets). Je partais pour photographier un héron cendré sur fond dégagé, parfait. Un bruit près de moi a attiré mon attention. Un rouge-gorge m’observait perché sur un arbre. Je m’en suis bien sorti en arrivant à accrocher mon sujet à travers les branches, mais un seul collimateur aurait été plus adapté.


Astuce # 13 – Si le sujet sort de la plage AF, utilisez la touche AF-ON.

Si vous avez appliqué l’astuce #7, il vous suffit d’utiliser la touche AF-ON pour assurer la mise au point sur un sujet qui sort de la plage AF. Comment ?

  1. Déplacez votre cadrage pour assurer la mise au point du sujet sur un collimateur actif.

  2. Relâchez la touche AF-ON (option 1) ou appuyez et maintenez la touche AF-ON (fonction AF-OFF) si vous avez choisi l’option 2.

  3. Reprenez votre cadrage initial et déclenchez sans l’AF.


Astuce # 14 – Faites les bons choix d’AF pour les oiseaux.

Les oiseaux sont des sujets souvent très mobiles qui compliquent l’utilisation de l’autofocus. Deux situations classiques :

  1. Oiseau immobile. Diaphragme ouvert ou juste fermé d’un cran (F:2.8 à F:7.1 selon l’objectif). Un seul collimateur autofocus activé (sur l’œil).

  2. Oiseau en vol. Diaphragme fermé (F:8 à F:11) pour assurer la netteté sur l’ensemble de l'oiseau pendant son déplacement. Un groupe de collimateurs autofocus activé (si fond dégagé).


Astuce # 15 – Si le sujet est trop rapide pour votre AF, utilisez la pré-mise au point.

Lorsque le sujet est petit, très rapide et se déplace de manière non linéaire, l’AF avoue parfois ses limites.

Comment s’en sortir ? Observez votre sujet. Les animaux reproduisent souvent les mêmes déplacements. Si l’oiseau a l’habitude de faire une halte de quelques secondes sur une même branche puis s’envole, faites la mise au point sur l’endroit de la branche où il aime se poser. Désactivez ensuite l’AF et déclenchez en manuel à l’approche du sujet.



CONCLUSION.

Assurer une mise au point précise n’est pas une chose facile. Cela demande de bien connaître son boîtier et de passer beaucoup de temps sur le terrain à expérimenter ce qui fonctionne le mieux avec notre manière de photographier.

De plus, rien n’est acquis. Un peu comme quand on se remet au sport après une période d’inactivité, on se sent un peu rouillé lorsqu’on n’a pas photographié la faune depuis un petit moment. Prenez le temps d’analyser vos photos sur ordinateur pour comprendre ce qui n’a pas bien fonctionné. La séance suivante, ayez ça en tête pour adopter une stratégie de progrès !

La bonne nouvelle, c’est que les automatismes acquis reviennent vite, et le plaisir avec. Une pratique régulière et progressive en difficultés vous assurera rapidement de superbes photos nettes. A vous de jouer ! 👍


Bonnes photos.

Prenez soin de vous. A bientôt.


Laurent.



Laurent DUPERIER

Formateur photo nature





Vous avez aimé cet article ? Alors n’hésitez pas à liker, commenter et partager ! Rendez-vous au bas de cette page, merci d’avance !


 

Si vous n’êtes pas encore abonné(e) et souhaitez recevoir chaque dimanche matin dans votre boîte mail du contenu qui va vous captiver, cliquez sur le lien ci-dessous :

 

1 112 vues2 commentaires
bottom of page